L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

Commentaires

A noter

Tribune
Rakshasa : Salut par ici !
libertad : salut, content de te revoir
Rakshasa : Salut ! Comme on ne peut pas répondre à l'article sur le 1er mai libertaire, je pose la question ici: quelqu'un saurait-il m'expliquer le sens de ce défilé, des actions menées, des mots d'ordre, etc ? C'est une vraie question, je ne comprends pas ces 500 à 1000 libertaires.
libertad : jOn, l'article est déjà publié : [Lien]
j0n : oups... super !
flippy : bonjour je viens d'envoyer un article sur le coup d'état au burkina, ya une grosse mise à jour à faire !
rfz : prendre l'expresss ou les poings comme source, ça me choque. mais alors des nazillards non !

(regarde un peu le fil Adяienne, c'est pas très clean)
grouchodurruti : Bonjour,
pour avoir des infos sur ce qui se passe en ce moment du côté des universités (étudiants, chercheurs et profs), un lien très utile :
https://twitter. com/gjpvernant
j0n : qq analyses critiques des gj :
[Lien] ou là : https://vosstani e.blogspot.com/
revolte : Bonjour ! Pourquoi l'article sur la parution de la nouvelle édition de Alexandre Jacob de J.M Delpeche que je vous ai envoyé n'a pas etait publier ?
revolte : [Lien]
revolte : Le C.I.R.A de Marseille vient de créer un nouveau site : https://www.cira -marseille.info/


Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Mardi 19 Novembre 2019
«Il y a une impunité pour les cas d’usages illégaux de la force par la police»
Ecrit par libertad, à 11:39 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Les documents du procès des 66 anarchistes de Lyon. La réunion internationale de Genève des 13 et 14 août 1882 (1)
Ecrit par libertad, à 11:32 dans la rubrique "Histoire de l'anarchisme".
Lien permanent 0 commentaires


Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat
Ecrit par libertad, à 11:31 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 18 Novembre 2019
« Le système ne peut s’autoriser qu’un lanceur d’alerte gagne » : l’affaire Rudolf Elmer, dissident de la finance
Ecrit par libertad, à 19:00 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Emma Becker : « Foutez la paix aux putes ! »
Ecrit par libertad, à 15:31 dans la rubrique "Le privé est politique".
Lien permanent 0 commentaires


Lendemain du 17 novembre 2019 à Athènes : un goût de sang dans la bouche
Ecrit par libertad, à 11:25 dans la rubrique "International".
Lien permanent 0 commentaires


Vivre l'anarchie, le film


« VIVRE L’ANARCHIE »,
un film documentaire de Michel Mathurin

Au tournant du XXe siècle, le mouvement anarchiste, en plein essor, influence maints aspects de la vie sociale : syndicalisme, mutuellisme, écologie, végétarisme... La société dominante, bourgeoise, le combat sans merci. Certains anarchistes, lassés d’attendre le « Grand Soir », décident de se lancer, de vivre selon leurs principes. Ils vont donc s’organiser en communautés, en milieux libres, tels qu’ils s’appellent alors, généralement en milieu rural, souvent ouvertes sur des activités « extérieures » en relation avec les populations locales : imprimerie de journaux, de publications, écoles nouvelles, propagande syndicale...

Michel Mathurin, cinéaste, réalisateur, auteur de plusieurs films docu-fiction comme « Hors Les Lois La Servitude - Marius Jacob », ou « Y’en a pas un sur cent et pourtant, ils existent – Histoire du syndicalisme d’action directe », nous fait revivre ici, avec l’aide d’historiens comme Michel Antony, cet épisode de passion, ce rêve de société nouvelle que l’on a cherché à concrétiser. Cet œuvre cinématographique devient un témoignage historique rare pour comprendre les voies, les analyses, qui parcouraient le mouvement ouvrier et ce jusqu’à aujourd’hui. Car le rêve communautaire, libertaire, ressurgissant après mai 1968, ne s’est pas éteint : cet idéal d’une vie collective laissant sa place à l’individu est trop ancré chez chacun de nous pour que ces tentatives ne ressuscitent pas régulièrement.

Des séquences font revivre des moments de cette vie communautaire où sont débattus de grandes questions. Le réalisateur a fait appel à ses fidèles acteurs de toujours, ceux qui apparaissent déjà dans ses films précédents. Nous ne pouvons les citer tous. Mentionnons Sophie Boureau, Micha Debronde et Michel Mathurin lui-même qui apparaît dans certaines scènes.

Les grands penseurs de l’anarchisme d’alors, comme Elisée Reclus ou Pierre Kropotkine, avaient mis en garde les partisans des communautés, expliquant, contrairement à Proudhon que toute tentative « communiste » à l’intérieur de la société était vouée à l’échec, combattue, étouffée par celle-ci, condamnée à s’y intéger ou à disparaître. Ce n’était qu’à travers la destruction de la société capitaliste que l’on pouvait espérer construire un monde nouveau.

N’empêche. En attendant le Grand Soir, il faut bien vivre – ou plutôt survivre – le mieux possible. Certains se construisent ainsi des cabanes sur des ronds-points pour se retrouver en Gilets Jaunes dans une convivialité tant recherchée...

« VIVRE L’ANARCHIE » de Michel Mathurin, en DVD, 20 euros (frais de port compris) à commander à : Atelier du Soir, Le Milhon, 32140 Masseube. 

Ecrit par kuriakin75, à 11:13 dans la rubrique "colonies et communautés anarchistes".
Lien permanent 0 commentaires


Le procès des 66 anarchistes de Lyon. Audiences des 16 et 19 janvier 1883
Ecrit par libertad, à 11:03 dans la rubrique "Histoire de l'anarchisme".
Lien permanent 0 commentaires


Dimanche 17 Novembre 2019
HongKong : une voiture blindée de police a pris feu après avoir été touché par des bombes à essence de manifestants étudiants
Ecrit par libertad, à 19:57 dans la rubrique "International".
Lien permanent 0 commentaires


Les gilets jaunes aux Galeries Lafayette
Ecrit par libertad, à 19:54 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Déforestation, Diplomatie et Surmoi sont dans un bateau…
--> 3 septembre 2019, Aviv Etrebilal
Lu sur Non-fides : "En diplomatie comme ailleurs, c’est toujours de celui qui fait le plus la morale qu’il faut se méfier.
Au sommet du G7 de Biarritz, Macron s’est offert sur la scène diplomatique internationale une sortie moralisatrice remarquée à propos des feux en Amazonie contre le président brésilien Bolsonaro (une cible choisie sans trop de courage si l’on en croit son impopularité au sein des milieux diplomatiques comme de l’électorat macroniste), généralement qualifié (surtout en France) de président « fasciste », sans pour autant présenter de ressemblance réelle avec le système fasciste italien, non, car il s’agit plutôt d’un mot-valise à discrédit. Pourquoi ? Parce que Bolsonaro n’est pas plus ou moins fasciste que n’importe quel autre dirigeant d’une grande puissance économique mondiale, qui plus est démocratique. Il est certainement plus vulgaire que la moyenne, et relève plus de Trump ou de Berlusconi que de Mussolini, comme en témoignent les passes d’armes présidentielles sexistes sur les « réseaux sociaux » à propos des premières dames respectives. Rien d’important comparé à la situation réelle des incendies amazoniens, qui n’est qu’un prétexte, indécent à souhait, à des joutes économico-diplomatiques.

Une information plus importante est passée presque inaperçue, sans tintamarre, et pour cause, la hiérarchie des headlines obéit à toutes sortes de critères qui pourraient paraître incohérents au premier regard. Il se trouve que le ministre de l’Économie et des Finances de la République française, Bruno Le Maire, a effectué il y a peu une visite dans la capitale du Kazakhstan.

La suite ici
Ecrit par , à 19:49 dans la rubrique "International".
Lien permanent 0 commentaires


Charles Angrand (1854-1926) -Individualisme et art social
-->
La préoccupation dans laquelle se tint Charles Angrand de décliner de manière égotiste le soi en des formes diverses et évanescente paraît non seulement étrangère, mais en opposition à un idéal artistique à visée sociale, théorisé par nombre de penseurs politiques de la seconde moitié du XIXe siècle (en exceptant Proudhon): Jean Grave, Pierre Kropotkine, Adophe Tabarant, Bernard Lazare, Fernand Pelloutier, Roger Marx, Léon Rosenthal, ou Jean Lahor, dont pour certains l'artiste se réclame. Lire la suite de l'article...
Ecrit par JBK, à 19:33 dans la rubrique "Histoire de l'anarchisme".
Lien permanent 0 commentaires


Accéder aux archives...


Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom