s'informer + informer + surfer + partager + écouter + dialoguer + regarder + observer + débattre + lire + écrire + communiquer
A LA UNE
> première page
> interviews
> proposer une info
> dialoguer avec Maude
> notre immeuble
> zh9lkvff9ck
> Créez votre joueb sur Niutopia

THEMES
> internet
> société
> culture
> science
> technologie
> informatique
> c-est-tout.com

SOYEZ VOUS MEME
Comme tout le monde, vous êtes différents :
> c-est-tout.com/moi/

c-est-tout.com quoi ?
> présentation
> mode d'emploi
> FAQ

c-est-tout.com qui ?
> les membres
> l'équipe
> contact

RECHERCHER
>

discussions les + actives
> Irak, Irak pas ? (75)
> L'adhésion de la Turquie à l'Europe (99)
> La peur, le nerf de la guerre... (10)
> Israel, Palestine, Liban... (3) (179)
> Les indépendantistes bretons sont des cons (127)
> Ouverture du capital ou privatisation voilée ? (7)
> U.S.A. quelle chasse à l'homme ? (153)
> Véhicules volés, une éventuelle riposte finale ? (37)
> Et c'est reparti ! (44)
> Bienvenue aux Etats-Unis !! (19)



Les déchets radioactifs ? Chaque pays doit-il garder les siens ?   Bien (5 votes)
> Société > Ecologie
Ecrit par ImpasseSud, publié par Biz le Dimanche 13 Octobre 2002 à 23:31.
Leur écoulement est aujourd’hui un gros problème car la plupart des pays qui étaient prêts à les recevoir commencent à devenir plus réticents.

J’en veux pour preuve l’odyssée d’un chargement de 5 tonnes de plutonium et d'uranium (Mox) qui après un voyage de 1.156 jours et 18.000 miles marins, a dû faire retour à Sellafied (GB) d’où il était parti.

Le Japon qui était le destinataire a refusé ces déchets radioactifs accusant le mandataire d’avoir falsifié la documentation relative à la sécurité, et 80 pays contactés successivement ont également refusé ce chargement dangereux.

1) Alors, selon vous que faut-il en faire ?
2) Le problème appartient-il seulement aux pays producteurs d’énergie nucléaire, ou bien est-il aussi l’affaire des pays qui achètent de l’énergie aux pays producteurs ?



> Envoyer cet article à un ou une ami(e)

> Vos commentaires :

  Tres bien (1 votes)
Ecrit par fantax, le Samedi 19 Octobre 2002 à 19:10.
Reponse à la question 2) : Le problème appartient à TOUS! y compris aux pays non producteurs et non acheteurs.
il y va de l'avenir de tous, la pollution n'a pas de frontière.
Qu'on le veuille ou non , je ne vois pas bien comment on pourrait actuellement se passer de l'énergie nucléaire, les autres formes d'énergie moins polluantes n'en étant qu'à leur début et posant parfois des problèmes énormes de distribution. puissance assurée, "coût de raccordement au réseau" ,qualité du courant, durée effective de fonctionnement - absence de vent pour les éoliennes, absence de pluie pour les producteurs " au fil de l'eau" particuliers..; l'EDF , tenu d'acheter le courant produit se voit obligé d'augmenter les tarifs, et ce n'est pas fini. C'est un sacrifice à faire, la sécurité, la santé,OK, attendons.

Tout ce que je sais, c'est que je ne sais pas répondre à ta question, le CNRS, le CEA, le ... le ... cherchent une solution possible financièrement, et durable, pour des milliers d'années!!!!!!

Ce que je crains le plus dans l'état actuel de nos connaissances et des possibilités de contrôle international, c'est de voir des pays se débarrasser de leurs déchets en les jetant tout bonnement comme l'ont déjà fait l'URSS et l'Angleterre dans la mer!!.

Ma préference irait vers un pool des producteurs , et que sous contrôle international réel , ces déchets soient stockés dans des sites connus, répertoriés , contrôlés et garantissant la maintenance en cas de défaillance.

Que deviennent les sous-marins russes à propulsion nucléaire? penses-tu qu'on nous dit la vrai vérité?


  Excellent (1 votes)
Ecrit par ImpasseSud, le Dimanche 20 Octobre 2002 à 17:39.
Effectivment, fantax,le problème est bien complexe. Mais faut-il l’ignorer parce que nous nous sentons impuissants ? Une bonne information peut avoir son influence, sur un vote par exemple.

Suite au referendum de 1987, l’Italie a dit « non » aux centrales nucléaires. Cependant, elle continue, d’une part, à acheter de l’électricité à la France qui la produit avec ses centrales nucléaires, et d’autre part à s’enorgueillir d’avoir fait ce choix. Ce qui est tout à fait illogique. Depuis un ou deux ans, cependant, le conditionnement des déchets stockés auprès des centrales de retraitement avant 1987 commence à donner des inquiétudes et les médias en parlent périodiquement.
Tout pays qui « consomme du nucléaire » devrait assumer sa part de déchets. Cependant ce n’est pas une solution pour le futur. Le site de l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) est presque tranquillisant http://www.andra.fr/ , mais je ne sais pas s’il reflète la réalité.

> Ma préference irait vers un pool des producteurs , et que sous contrôle international réel , ces déchets soient stockés dans des sites connus, répertoriés , contrôlés et garantissant la maintenance en cas de défaillance.

Aujourd’hui, à Strasbourg, se tient le rassemblement anti-nucléaire européen.
J’ai trouvé deux liens très intéressants et lisibles
http://www.sortirdunucleaire.org/archives/divers/terresansnuke.html
http://www.sortirdunucleaire.org/brochure/p23.htm
Tous les deux mettent l’accent sur le fait qu’une première solution serait d’arrêter de produire des déchets nucléaires. Pour un pays producteur, le fait de produire pour l’exportation, crée un gouffre d’énergie inutile, avec, bien entendu, au bout de la filière, des déchets radioactifs.
Comme deuxième solution, on propose de stocker de façon définitive les déchets auprès des centrales de retraitement, afin que la surveillance soit plus facile, ce qui rejoint un peu ta proposition, et me semble, à moi aussi, assez logique.

Cependant, j’ai du mal à comprendre le retard de l’énergie solaire. L’installation des panneaux pour la consommation des particuliers relève presque de l’artisanat, et ceci depuis plus de vingt ans. N’as-tu pas vu, comme tout le monde, de ces reportages dans les lieux les plus isolés, comme les plaines de la Mongolie, où les gens continuent à vivre comme leurs ancêtres, mais ont, dans un coin de leur tente, un panneau solaire pour produire leur propre courant ?
J’ai souvent l’impression que le problème de l’électricité est comme celui de la pollution des voitures. Les solutions existent, elles sont bien connues et même économiques, mais comme elles ne répondent pas aux lois du marché actuel, elles sont délibérément boycottées malgré les déclarations spectaculaires que nos hommes d’état ne manquent pas de faire dans les réunions internationales comme le dernier Sommet de la Terre de Johannesburg (voir Le Monde du 4 septembre 2002)

Quant aux sous-marins russes, je ne sais pas s’il faut penser qu’on nous cache la vérité, car ce qu’on en sait est déjà bien assez dramatique pour nous inquiéter. Tout ce qui est suspect filtrant très mal hors (et même à l’intérieur) de la Russie, je suppose que, grâce à l’aide financière de l’occident, leur démantèlement continue lentement, mais qu’une bonne partie d’entre eux continuent à se corroder dans les ports de la presqu’île de Kola dans la mer de Barentz.
Entre la situation en 1998 qui inquiétait déjà les Scandinaves (http://www.unesco.org/courier/1998_11/fr/planete/txt1.htm),
et celle de 2002, il ne semble pas que les choses aient vraiment changé.
« Sur 142 sous-marins nucléaires russes démantelés au cours des dernières décennies, 52 portent toujours du combustible dans leurs réacteurs et c’est une formidable bombe à retardement qui gît au fond de la mer de Barentz » a déclaré le 6 mai l’Observatoire des armes nucléaires françaises.


  Tres bien (1 votes)
Ecrit par fantax, le Dimanche 20 Octobre 2002 à 23:55.
Tout à fait d'accord avec ton exposé, ( je l'ai bien noté!!)

les panneaux solaires en toiture d'immeuble pour préchauffer l'eau sanitaire, ça se fait et c'est rentable, les pompes à chaleur en pays tempérés, c'est rentable, si l'étude est bien faite; les éoliènnes, c'est une très bonne solution, EDF , assure le financement de nombreuses installation de référence en ce moment et envisage la possibilité d'en installer "en mer".La géothermie: attention, l'eau tirée des profondeurs de la terre, environ 1800 mètres ronge les canalisations, bon nombre d'installations ont dû être abandonnées et remplacées!
le coup final de l'énergie produite n'est pas comparable bien sûr, mais il faut savoir ce qu'on veut!
néanmoins, ne nous faisons pas trop d'illusion, ça n'est pas demain que les productions autonomes que nous venons de citer feront tourner les usines...tout le monde connait la puissance d'une centrale nucléaire de quatre tranches.


les chiens aboient .............
Ecrit par fantax, le Lundi 21 Octobre 2002 à 18:32.
Impasse Sud,
Dans la rubrique " Sciences & environnement d'une revue,je tombe sur cet article, est-ce une partie de réponse à la question posée?:
il y est dit qu'entre" Enfouissement ou entreposage en surface des déchets nucléaires" le débat reste à trancher. Le parlement finlandais aurait choisi le site d'Eurajoki pour entreposer les déchets jusqu'en 2050, dans l'attente de progrès scientifiques.....
En juin 2001 , le parlement russe a adopté une loi autorisant limportation des déchets nucléaires étrangers!!!
va y comprendre quelque chose!Tout le monde refuse de prendre des risques eux sont volontaires!! nous doutions d'eux dans nos précédents posts :-))Ils ont dû trouver la solution, les petits cachottiers!
Précédemment,je parlais d'un pool de producteurs d'énergie d'origine nucléaire, or , j'apprends que du fait de la restructuration industrielle de cette énergie, le numéro 1 est le français "Areva" , né du rapprochement du CEA ,de la Cogéma,spécialiste des combustibles et de Framatome, constructeur de centrales. Ce groupe est ainsi le seul à intégrer la totalité de la filière.
Ne crions pas haro sur le baudet France, nous avons des concurrents tels que BNFL en Angleterre, General Electrics aux USA, et il ne faut pas ignorer que la Russie reste très active à l'exportation, en particulier vers le Vietnam et l'Iran!
A l'horizon 2010/2020 , les centrales de production les plus anciennes devront être arrêtées ? et bien tiens toi bien, il existe toujours le projet franco-allemand EPR qui pourrait bien voir le jour en ......Finlande sur proposition d'Areva . marché de 2 milliards d'€ .
Si certains se posent des questions sur le devenir de l'énergie nucléaire, d'autres ne s'en posent plus.


Aumone nucléaire ?   Tres bien (1 votes)
Ecrit par LupusMic, le Mardi 22 Octobre 2002 à 18:41.
En juin 2001 , le parlement russe a adopté une loi autorisant limportation des déchets nucléaires étrangers!!! [...]Tout le monde refuse de prendre des risques eux sont volontaires!! nous doutions d'eux dans nos précédents posts :-))Ils ont dû trouver la solution, les petits cachottiers!

Pas vraiment. Personne n'en veux des déchets nucléaires ... mais un pays qui a besoin d'accords internationnaux, et de liquidités, c'est une "aubaine" financière. Et Tchernobyl risque d'être ridicule a côté du désastre qu'ils nous préparent ...


  Tres bien (1 votes)
Ecrit par fantax, le Mardi 22 Octobre 2002 à 23:10.
C'est bien ce que je laissais entendre dans les posts précédents!!
Ne penses-tu pas que nous vivons dans un monde bizarre et incompréhensible?
on s'affole, peut-être à juste titre, mais sans d'absolues certitudes contre les OGM, on parle de risque de guerre bactériologique envisagée par l'Iraq , sans certitude aucune,disons pour le moment..., et..........on fait semblant d'ignorer depuis des décennies, on ferme les yeux,on fait confiance, on repousse à plus tard toute reflexion sur le risque incommensurable qui nous pend au nez du fait de la prolifération des armes nucléaires et de la méconnaissance du devenir des déchets radioactifs dont le cycle est de plusieurs milliers d'années ! Combien d'usines de retraitement dans le monde? combien de sites de stockage connus, contrôlés et sûrs?
Souhaitons que des terroristes n'utilisent jamais cette arme, elle est très facile à se procurer dans les pays de l'est pour quelques centaines de $; et il y a de quoi tuer la quasi totalité des habitants de la planète sans que ceux-ci aient le temps de réaliser.C'est autre chose que quelques kilos d'explosifs!


  Bien (1 votes)
Ecrit par LupusMic, le Mercredi 23 Octobre 2002 à 01:09.
Le problème des OGM n'est, à mon avis, pas celui de la manipulation en elle même, et de la contamination gênique d'espèces vivantes. Lorsqu'on mange, on ne fusionne pas leur génome avec le notre ... pourquoi en serait-il autrement avec des OGM. En soit, la manipulation génétique n'est pas plus dangeureuse que la chimie.
Je pense que c'est une utilisation maladroite (par incompétence ou négligence) qui risque de faire des dégats. Comme je l'ai lu dans un débat parallèle sur les OGM sur ce même site, le danger vient de la production de substance toxique par l'organisme modifié. Tel qu'un insecticide (substances fréquemment cancérogènes et très stables chimiquement), des substances allergiques pour une minorité, et qui peuvent être fatale pour elle (arachide, acide citrique, etc ...). C'est à mon avis, le grand danger, et c'est à ce niveau qu'il faut sévèrement règlementer. Et pour achever ma réponce sur les OGM, j'aimerais préciser que si le gène Terminator n'avait pas été introduit, on les aurait accusé de pollueur ...

Pour la question du nucléaire, je ne suis pas pour son abandons. En tout cas, pas immédiatement. Cette attitude risquerais, en effet, d'avoir des effets pervers : la prolifération des centrales électriques thermiques. C'est la solution la moins chère, et la plus simple, et qui a fait ces preuves de par le passé. Malheureusement, les ressources non-polluantes pour l'atmosphère ne sont pas extensibles. Bien sûr, il faut dès à présent commencer de grandes campagne d'équipement, mais cela suffiras-ce ? La population va augmenter, notre consommation en énergie explose, et l'egoïsme règne. Bref, nous sommes dans l'impasse.

Pour ce qui est des risques terroristes, je préfère ne pas m'étaler sur la question. Je n'ai pas d'avis tranché, je pèse encore le pour et le contre ;)

Mais ne soyons pas trop pessimiste. Avec un peu de chance, nos enfant arriverons à vivre en bonne intelligence, et avec beaucoup de chance, ils ne verront jamais le jour.


Doutes   Tres bien (1 votes)
Ecrit par ImpasseSud, le Jeudi 24 Octobre 2002 à 11:26.
> En juin 2001, le parlement russe a adopté une loi autorisant limportation des déchets nucléaires étrangers!!!
écrit fantax.
Le comportement des Russes n’est pas surprenant. Comme le dit LupusMic, chez eux, il s’agit d’opportunisme, c’est avant tout une question d’urgence, afin de sortir du désastre économique qui a suivi le démantèlement de l’URSS, tout en essayant d’acquérir les bonnes grâces de la sphère occidentale. D’autre part toute l’histoire de la Russie, blanche ou rouge, met en évidence le peu de prix que les Russes attachent à l’homme en tant qu’individu ayant des droits. Chez eux, l’élite écrase toujours la masse qui n’est faite que de pions que l’on utilise ou élimine selon les besoins. D’autre part l’étendue de leur territoire leur laisse un très grand choix en ce qui concerne les sites d’enfouissement, ce qui n’est pas le cas des pays d’Europe de l’ouest.

L’Europe reste malgré tout très partagée. Comme tu le dis si bien fantax, la France entame de façon décidée sa deuxième ère nucléaire, et face aux problèmes climatiques, elle ne manque pas d’affirmer que les centrales nucléaires n’émettent pas de gaz à effet de serre. Et malgré les belles déclarations de Chirac, il est clair que la France continuera à privilégier le nucléaire plutôt que de miser sur les énergies renouvelables. Elle a d’ailleurs pris un net retard par rapport à l’Allemagne et à l’Espagne par exemple, et on se demande si elle a l’intention de respecter les lois européennes qui demandent qu’en 2010, 22% de la consommation électrique globale soit fournie par les énergies renouvelables.
La Finlande confirme son option pour le nucléaire, alors que la Belgique parle de fermer ses réacteurs entre 2015 et 2025. La Suède voudrait elle aussi en sortir en quarante ans. La Grande-Bretagne est indécise. L’Espagne investit dans des centrales électriques au gaz, et tout comme l’Italie, elle ne démontre aucun intérêt pour le nucléaire.
D’autre part la croissance de la consommation électrique des Européens croît au moins de 1,9% par an depuis 1990, et il semble que seul le choix du nucléaire puisse répondre à la demande.

A ce sujet chaque pays dispense l’information qui sert son option. Et les décisions qui vont et viennent, pour le nucléaire comme pour les OGM, ne sont dictées que par ce qu’il y a de pire dans le capitalisme où l’unique mot clé restant est « profit ».
Il me semble que le capitalisme a donné le meilleur de soi jusqu’aux alentours de 1980, améliorant notamment la qualité de vie des gens. Ensuite la dérive a commencé. Et si les pays de l’UE n’étaient pas assis sur des démocraties bien ancrées qui servent de garde-fous, je ne donnerais pas bien cher de la population, comme en Russie.
La catastrophe de Tchernobyl en est l’illustration. Personnellement, en 1986 je me trouvais en Italie. Tout le monde connaît le laxisme de ce pays, et pourtant, du jour au lendemain, toutes les fruits et légumes ont disparu du marché, et des trains entiers de bétail ont été refusé aux frontières. Pendant un mois au moins nous n’avons mangé que des conserves et des surgelés antérieurs à l’accident. Ma famille qui vit en France, sure de l'information qu'on lui diffusait tous les jours, ne manquait pas de se moquer régulièrement de ces précautions adoptées par le gouvernement italien. La France étant le seul pays à n’avoir pris aucune précaution, toute l’Europe finissait par se demander si la ligne Maginot n’avait pas finit par trouver son utilité( !!!).Aujourd’hui encore le Quid affiche un bilan de 32 morts, alors que les Soviétiques d’alors en reconnaissent 300. Allez savoir quel est le chiffre exact !

On a l’impression d’être à bord d’un train fou alimenté par le seul « profit », qui fonce à toute vitesse vers des bénéfices réels ou hypothétiques sans tenir le moindre compte des risques qu’il fait courir à ses passagers et à l’environnement.

Toutes les inventions sont a la même enseigne. Il y a toujours plusieurs moyens de les exploiter.
L’orientation vers l’énergie nucléaire répondait une demande après la crise pétrolière de 1973, mais depuis lors a-t-on vraiment cherché à résoudre le problème des déchets ? En attendant ils s’accumulent, et apparemment la recherche d’une solution n’est pas encore prioritaire.
Tout comme pour la vache folle. A-t-on mesuré les risques courus avant de transformer les bovins en carnivores ? On en parle beaucoup moins aujourd’hui, mais un article du Monde du 10 octobre rappelait qu’en Grande-Bretagne la variante humaine de la maladie de Creutzfeld-Jacob a déjà fait 117 morts. Et on ne connaît toujours pas son temps d’incubation.
Tout comme pour les OGM. Ils avaient pour but l’élimination des pesticides et l’augmentation de la qualité nutritionnelle des aliments. Au lieu de cela et afin de satisfaire le « profit » et le honteux opportunisme des lobbies, le mode d’utilisation actuelle tue la biodiversité et la petite agriculture, et augmente les probabilités d’allergies.
Tout comme les produits pharmaceutiques. Alors qu’ils devraient servir à enrayer les épidémies et à guérir, leur recherche n’est financée que pour les médicaments « statistiquement rentables ». Encore que cela n’évite même pas les dérapages tels que celui de la Bayer avec le Lipobay. Le Sida peut tranquillement continuer sa course.
Tout comme pour les naissances. Notre société fabrique de plus en plus d’handicapés. Suite à la requête de naissances « sur mesure » et alors que le pourcentage était stable depuis des siècles (1/80), il naît aujourd’hui trois fois plus de jumeaux qu’il y a dix ans (sans parler des autres grossesses multiples), qui débouchent très souvent sur un accouchement prématuré. On s’obstine à sauver toutes les grossesses et même des fœtus de 450 grammes, alors que la nature prévoyait l’avortement spontané et une grossesse de 9 mois. Le clonage peut guérir, mais il ne fait aucun doute qu’il servira à fabriquer des êtres humains, si cela n’est pas déjà fait (voir la politique du Prof. Antinori).

La science est désormais presque exclusivement au service des industriels et du profit. On rencontre toujours et partout la hâte de mettre des produits sur le marché, avant de prendre le temps d’évaluer les risques. On abaisse même le taux des crédits publics destinés à la recherche fondamentale.

Comment sera le futur ? Pour ma part, j’évite d’y penser, et j’imagine que c’est ce que fait la plupart des gens face à la quasi impuissance où nous sommes réduits. J’imagine que chaque époque a eu ses grandes peurs , mais jusqu’à cinquante ans en arrière on n’avait jamais essayé de « CHANGER » la nature. On se contentait de découvrir ses lois, d’améliorer ses bienfaits ou de corriger ses défauts.


c est dur
Ecrit par mohamed_colucci, le Lundi 25 Novembre 2002 à 11:39.
on a trop de déchets;
on essaye de les refourguer à l allemagne ou des pays de l est qui ont besoin d argent ?
franchement, y a pas de solution.
on jette ça dans la mer, et on attend que ça fasse des bulles !


  Bien (2 votes)
Ecrit par heckler, le Lundi 25 Novembre 2002 à 19:31.
Oui,on a trop de dechets,mais nous ne pouvons pas les debarrasses comme ca.Il faut que les compagnies qui les produisent trouvent une solution et paient.


  Tres bien (1 votes)
Ecrit par ImpasseSud, le Mardi 26 Novembre 2002 à 14:35.
Heckler, faire payer quoi et à qui, vu que c’est la politique de nombreux Etats (et la France en premier) qui pousse au nucléaire ?

A mon point de vue, et je l’ai certainement déjà écrit plus haut, il faut songer à arreter de produire des déchets.

Si la plupart des énergies renouvelables promues jusqu’à présent est encore trop peu rentable et insuffisante pour répondre à la demande toujours plus grande d’électricité, un nouvel espoir est à l’horizon.
Ford vient de sortir sa première voiture à hydrogène
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3238--299352-,00.html

et les possibilités de fabriquer de l’hydrogène sont nombreuses.
http://www.magazinemci.com/chroniques/0802/pmichaud0847.htm
Encore qu’il faille faire un choix à propos du moyen et de la source d’énergie qui permettra de le produire.

Récemment, j’ai eu l’occasion de suivre une discussion où plusieurs ingénieurs et des représentants du WWF l’ont décrit comme l’énergie du futur, imaginant même des sortes de brik à hydrogène en vente dans les supermarchés dès 2025/2030, pour notre usage courant.


 > Ajouter un commentaire
 
 
 Login :
 Password :
 Titre :
 Texte :  
 
Avant de poster, avez-vous bien vérifié que votre message ne comporte pas d'insultes, est à peu près lisible, et contient des idées un peu plus complexes que 'moi gentil, lui pas beau' ? 
 

 > Envoyer cet article à un ou une ami(e)
 
 Votre adresse email :
 Adresse e-mail du destinataire :
 
 


  Les commentaires sont la propriété et la responsabilité de leurs auteurs respectifs.