Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Lundi (01/12/03)
Avenir incertain

Je me demande…. Ce que je vais faire de ma vie. Plus sérieusement, il est temps de penser à mon orientation, que vais-je faire l’année prochaine, le bac en poche (touchons du bois). J’élimine d’office les sciences, de toutes façons je ne pourrais pas, je suis en L, et l’économie. Que reste-t-il? L’histoire, les lettres, les langues… mais je ne veux pas être prof. La socio, mais je ne veux pas être chômeur. Pas la peine de me tomber dessus pour cette remarque déplacée, je veux juste dire par là qu’à moins d’être très doué et passionné, ce qui ne sera pas forcément mon cas, pas facile de percer dans cette voie et de devenir un éminent chercheur. Je pourrais devenir garagiste, ils ont de beaux calendriers. Ou danseuse étoile, si j’apprenais à danser. Ou ours savant au cirque Pindert. Ou chanteuse à texte, ou chanteuse à merde. Ou maquilleuse, peintre en bâtiment, aristocrate, romancière, schizophrène, pompier, chauffeur de taxi, témoin de Jéhovah. Je ne sais pas… Je vais sûrement finir étudiante dans une filière surpeuplée, je tiendrai trois mois avant de me réorienter dans un cursus qui me repoussera un peu plus encore.

Ecrit par Manuellita, à 23:06 dans la rubrique "Premiers Pas".
Et ensuite? ! (suite de l'article + 2 avis éclairés)
Vendredi (28/11/03)
Californication

Ils passent Californication à la radio. J’aime cette chanson. Je ne comprends pas les paroles, à part le refrain Dream of Californication. Mais je trouve que c’est un beau programme. Je suis fatiguée, la journée a été longue, j’ai eu sept heures de cours, dont une de dessin. J’entame un portrait d’Ismaël, c’est lui qui a insisté, il m’a donné sa photo, et je dois faire une œuvre d’art avec, je reprends ces mots. Il a ajouté qu’avec un modèle aussi parfait je devrais pas avoir de mal à exposer au Louvres. Ben oui, sûrement. Les cours de dessin me relaxent. Je ne dessine pratiquement qu’en cours, sinon je n’ai jamais le temps, où je ne le prends pas. Par contre, je gribouille, tout le temps, dés que je suis face à un coin table et que j’ai un papier et un stylo à ma disposition. Mes cahiers et classeurs sont recouverts de petits personnages, de paysages. J’apprends à faire des mangas en ce moment. J’ai trouvé un bon site Internet, qui explique tout, les proportions, les différentes partie du visage. Je n’aime pas les dessins animés de manga, mais j’aime les dessiner, et puis c’est simple, tous sont sur le même modèle complètement androgyne.

Ecrit par Manuellita, à 21:36 dans la rubrique "Premiers Pas".
Et ensuite? ! (suite de l'article + 0 avis éclairés)
Jeudi (27/11/03)
Coup de fil d'Abdoul

J’étais tranquillement en train de sécher sur un exercice de maths lorsque la sonnerie du téléphone a retenti, suivie de peu par le pas preste de ma jeune sœur qui déboule dans la chambre avec la légèreté de l’hippopotame et son sourire des jours où elle sait que quelque chose d’intéressant va venir enrichir sa liste de potins à raconter. Ma sœur est une pipelette doublée d’une fouine, c’est souvent le cas, les pipelettes font les fouines pour avoir de la matière et des ragots à divulguer.

Ecrit par Manuellita, à 21:46 dans la rubrique "Premiers Pas".
Et ensuite? ! (suite de l'article + 1 avis éclairés)
Mardi (25/11/03)
Une nuit torride

Même pas vrai, c’était juste pour voir si ce titre alléchant allait me ramener du monde!Mais reste, lecteur pervers, cette page ne va contenir beaucoup de sexe, ma vie est plutôt calme de ce côté-là actuellement, par contre je vais te raconter ma journée, cela va te passionner, j’en suis sûre.

Ecrit par Manuellita, à 21:28 dans la rubrique "Premiers Pas".
Et ensuite? ! (suite de l'article + 2 avis éclairés)
Lundi (24/11/03)
Manque d'atômes crochus...

Aujourd’hui, j’ai eu ma première heure de conduite. Je vais faire la conduite accompagnée avec mon père, j’ai déjà eu quelques leçons de code, je m’en sors avec une grosse dizaine de fautes à chaque fois. Vu que l’on n’a droit qu’à cinq le jour de l’examen, ce n’est pas vraiment gagné. Je ne voulais pas passer le permis. Je n’aime pas les voitures, à Lyon, c’est un fléau, ça pue tout le temps, il y a des embouteillages jour et nuit, je suis contre les autos dans le centre ville. Et puis Ismaël m’a convaincue de le préparer avec lui, il voulait faire la conduite accompagnée à tout prix pour être plus à l’aise et moins stressé au moment de se lancer seul sur la route. Après tout, si je le passe à 18 ans, ce sera fait, je serai débarrassée. J’ai plus de chances de l’avoir du premier coup en conduisant d’abord avec mon père, et une fois que je l’aurai, comme je n’aurai pas de voiture et ne serai pas prête d’en avoir une, je ne serai pas tentée de faire comme ces beaufs qui prennent leur bagnole pour aller à la boulangerie.

Ecrit par Manuellita, à 21:48 dans la rubrique "Premiers Pas".
Et ensuite? ! (suite de l'article + 2 avis éclairés)
Samedi (22/11/03)
Soirée de classe

Deux filles de ma classe organisaient une soirée chez l’une d’entre elles ce soir. Je crois que je me suis fait mal voir en n’y allant pas, mais ça ne me disait absolument rien. La semaine dernière, en cours d’allemand, l’une d’elle, Sylvie, était derrière ma copine Solenne et moi. Elle nous dit qu’elle fait cette soirée, que toute la classe est invitée sauf Jérôme. Sur le coup, ça m’a fait sourire, la façon dont elle a dit cela. Pourquoi inviter tout le monde sauf lui? Il y a des tas d’autres gens avec qui elle n’accroche pas particulièrement, dont moi, alors pourquoi les inviter et pas lui? Jérôme est un gars très introverti, il est tout le temps seul, les autres ne l’aiment pas, il se fait critiquer tout le temps plus ou moins ouvertement, ils disent qu’il sent mauvais, qu’il ne se lave pas. Je n’ai rien remarqué de ce côté-là jusqu’à présent, et de toutes façons je n’aime pas ces manières de traiter les gens. Je n’ai pas l’habitude de jouer les bons samaritains, mais on a tous droit au minimum de respect syndical, merde. Du coup, j’ai décidé de ne pas m’y rendre. Je ne parle pas plus à Jérôme que les autres, les rares fois où j’ai essayé, la discussion a rapidement pris fin, il est très renfermé, et je ne suis pas non plus un génie de communication, mais je ne veux pas entrer dans ce jeu. Et puis cette soirée ne me faisait pas envie. Je suis dans une classe de bosseurs, ils parlent du bac même pendant les pauses, ou à la cantine, je la vois d’ici leur soirée : « vas-y, fais-moi voir rapidement tes fiches d’histoires avant de te mettre à la sono. »

Ecrit par Manuellita, à 00:38 dans la rubrique "Premiers Pas".
Et ensuite? ! (suite de l'article + 0 avis éclairés)
Mardi (18/11/03)
Ismaël, le dessin, et les problèmes de couple de Victor

Je suis retournée en cours ce matin, je ne peux pas sans cesse jouer les malades, et puis, ça me fait mal de parler comme un prof, mais j’ai le bac à préparer. Mon lycée est á un quart d’heure à pied de chez moi. Avant de m’y rendre, je passe chercher Ismaël, qui habite à deux rues. Ismaël est mon meilleur ami. D’ailleurs, c’est un de mes seuls amis gars. Quoi que je m’améliore, j’étais beaucoup plus sauvage vis-à-vis du sexe opposé il y a encore peu. C’est certainement dû à l’âge, aux hormones, au besoin de se sentir aimée et regardée, ma mère aurait tout un tas de théories passionnantes sur le sujet. D’ailleurs elle se prive rarement de m’en faire part. Je connais Isma depuis deux ans, nous sommes dans la même classe depuis la seconde. Mais nous ne nous apprécions vraiment que depuis la fin de l’année dernière. Nous nous sommes découverts des ressemblances, des affinités, nous avons beaucoup d’opinions en commun, et également de nombreux sujets de disputes. Nous lisons les mêmes livres, que nous échangeons, écoutons la même musique. C’est un compromis entre nous. Je lui fais découvrir les bouquins que j’aime, comme dernièrement Boris Vian, l’Ecume des Jours et l’Etranger de Camus, et lui m’initie à la musique, qu’il connaît beaucoup mieux que moi. Il m’a gravé Mano Solo et le Soldat Inconnu que je me passe en boucle. Nous passons beaucoup de temps ensemble. C’est une relation un peu ambiguë, mais pas vraiment non plus. Je ne suis pas amoureuse de lui, je ne pense pas que ce soit son cas, mais je me sens de mieux en mieux en sa compagnie, il m’arrive d’être jalouse quand il parle avec d’autre. Je dirais que c’est de l’amitié possessive.

Ecrit par Manuellita, à 21:22 dans la rubrique "Premiers Pas".
Et ensuite? ! (suite de l'article + 0 avis éclairés)
Lundi (17/11/03)
Mon premier post...

Bon, ça a l’air de fonctionner.

Bonjour à tous, au cas où j’aurais des lecteurs dés ce soir. Je m’appelle Manuella, j’ai dix-sept ans, je suis lycéenne à Lyon, en Terminale Littéraire. J’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’un joueb après quelques semaines de lectorat. J’ai découvert les « cyberjournaux » - quel vilain terme- complètement par hasard, par le biais de Google, un jour, en cherchant une recette de gâteau au chocolat. Je me suis prise á en lire plusieurs, tous les jours, et me voici, je veux me lancer aussi. On verra bien ce que cela donnera.

Aujourd’hui, je n’avais pas très envie d’aller au lycée. J’ai profité d’un petit rhume pour faire croire que j’avais une grosse grippe. Je n’aime pas le lycée, je n’aime pas les cours, je n’aime pas l’ambiance qui y règne, la façon que l’on a de nous faire apprendre, de nous bourrer le crâne avec des tas de données qu’il faudra recracher bêtement pour le bac et que l’on aura oubliées moins de deux mois plus tard. Je trouve que l’enseignement, du moins celui dont j’ai bénéficié jusqu’à présent est très mal fait. L’école me stresse, trop de travail, trop d’horaires. Au lieu de nous apprendre à profiter de nos belles années, de nous enseigner des choses qui nous seront utiles, il faut se farcir tout un cas de trucs parfaitement inutiles. Je ne suis pas complètement négative, il y a des choses que j’aime, l’histoire, le français, les lettres, le dessin… J’ai droit à ma première année de philo cette année, et là encore, je suis très critique. Je pensais que ce cours me passionnerait, que l’on apprendrait à réfléchir, à s’assagir, à parler, à échanger nos façons de voir, mais non, rien de tout cela. Nous ne parlons que de Platon, Socrate, Hegel, de leurs grandes idées, mais nous n’abordons pas les nôtres. Là aussi, il faut apprendre, par cœur, et recracher ce que d’autres ont pensé. Donc aujourd’hui, j’ai dit que j’étais malade, je suis restée au chaud chez moi, j’ai traîné au lit, lu des magazines, terminé les Catilinaires d’Amélie Nothomb, et j’ai commencé ce joueb. C’est comme cela que je conçois la vie.

Ecrit par Manuellita, à 21:29 dans la rubrique "Premiers Pas".
Et ensuite? ! (suite de l'article + 6 avis éclairés)