Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Hell Earth In The Past

Ecrire un article

From Hell To Earth



Dimanche (20/07/03)

Samedi 21 juillet 2001, 19:50:10


Mon bébé chat, comme j’ai honte …

C’est pas toujours bon la honte.

Suis je encore quelqu’un de spécial à tes yeux, suis je encore ton amour de lettre et de téléphone, penseras tu à moi avec amour ?

Seras tu encore jalouse de celles qui m’entourent ?

Je veux être le seul pour toi, je le sens, c’est insensé je le sais.

Je suis là, je touche le clavier que mon bébé touche chaque jour,

Sur lequel elle m’a écrit tant de mots, des mots si doux….

Si je n’ai pas la moindre chance de faire l’amour à cette belle créature,

Je suis si désireux pourtant de la prendre dans mes bras dès que je la frôle,

Dès que je la sens près de moi.

Embrasser à nouveau ce visage, caresser, dévorer ces seins, magnifique sensation

De bien être.

Désirant trop ses caresses, je n’ai pas su contrôler mes élans et mes tensions.

Je te demande mille fois de me pardonner chat, ma Belle que j’aurai tant aimé aimer et que j’aime.

Encore de toi, plus de toi pour moi, aime moi encore mon chat, dans mes bras, dans mes caresses, elles sont encore à toi .

Je suis en permanence depuis deux jours animé par d’étranges émotions : une tristesse tenace parce que je ne suis pas assez désirable à tes yeux, une colère idiote venue d’une jalousie immodérée, une tendresse absolue pour cette femme fragile, sensible, terriblement séduisante.

Ton parfum ne me quitte pas, tes cheveux, ta peaux, dans mes bras ma douce, mon doux amour si tu me le permet.

Donne moi encore de toi si tu ne t’offre pas.

Ton Matou incroyablement épris de sa Cat, ma femmechat pour toujours (attention avec toujours).

PS : je suis heureux que tu sois toi, d’être là, d’être si touché par ton âme sensible

Laisse moi t’emmener encore. Viens.

Lire l'article ! (0 commentaires)
Vu par Them, a 04:07 dans la rubrique "In The Past".

Lui, le 9/9/01


"comme Keren Ann te ressemble dans son jardin d'hiver !!!
comme je t'aime tendrement mon chat
comme je t'aime
dans notre jardin d'hiver
dans nos absence ameres
d'ameres zones pour chat sensible
De merveilleuses places pour se réinventer la vie
de merveilleuses absences pour se sentir vivant
mais toi
t'es avec moi
toultemps
idem, identiques
plein de trucs pour garder le contact
en permanence mêlés
courrier électronique à l'affût
regard fier et bras tendus
mes amies si jolies t'ont trouvé si belle
ma Belle
mon
 âme volante
ma sirène des jours de fées
lune allongée
dans les interstices d'une étoile
j'ai entendu jouïr la nuit
et puis danser la pluie sur les chaires
mordre dans l'âme de celle que l'on aime
pour y laisser sa sueur, de la bave et du sperme
le sang de ma rage d'aimer mon bébé offert
toute écartée à en ouvrir Babylone
Que les dieux sonnent encore
qu'on les laisse sonner
je ne répond qu'à mon âme,
égarée dans les yeux de cette dame,
étendue à perte de vague,
je m'en vais me noyer dans ces cris si sauvage
d'une vertu intacte;
et de ce si beau cul
ferai la coque
de mon fabuleux naufrage
au creux de ses reins
déciderai de mon chemin
et d'un choix d'enfant
dessinerai mon destin...
Entre ses cuisses, les tiennes,
Jouïr encore de ma reine
reine du jour et de mes nuits.
"

Lire l'article ! (0 commentaires)
Vu par Them, a 04:07 dans la rubrique "In The Past".

Vendredi (11/07/03)

Le mardi 16 octobre 2001


Comprendras-tu que je ne t'aimerai jamais "assez", jamais "autant", jamais comme il faut...

Je souffre à en crever, mais pas de toi…

 

Ma vie est douloureuse...

L'amitié n'a pas de prix...

Tu oseras...

Elles arrivent à bon port...

Le chemin n'est plus tracé et ce qui se profile est tortueux à souhait...

C'est toi qui t'amuses, pas moi...

Je reprendrai goût à ça mais il me faudra être patiente...

Je ne veux plus lire ça, je te souhaite de te protéger à défaut de vérifier.

Je pensais que par amour tu aurais fait plein de choses... pas celles-là...

"Réussite" terminée, je vais aller me coucher car mes nuits ces derniers temps sont plus que tourmentées.

Je ne dors pas, je ne vis pas...

Et ces quelques jours m'ont répondu: Alter Ego/Autre Moi, voilà pourquoi nous ne nous aimerons pas...

Lire l'article ! (0 commentaires)
Vu par Them, a 03:07 dans la rubrique "In The Past".

Le dimanche 2 septembre 2001


Moi aussi je veux décorer un grand sapin avec de vraies bougies et une maison en pain d’épice et un homme que j’aime et qui m’aime… je suis bassement humaine.

Je me couche car il semble que les étoiles m'appellent... j'espère que ta nuit est jolie, sous le ciel de Paris. Je te bise.

Lire l'article ! (0 commentaires)
Vu par Them, a 03:07 dans la rubrique "In The Past".

Le 29 juin 2001


02 :02

By SMS...

C'est vrai que nos écrits me manquent,mon petit ange déchu...déçu par la nature humaine...j'aimerais que nous partions loin,seuls,uniques et complémentaires...sur une île,dans le désert,à New-York, peu importe...Vivre loin et serein,vivre à deux,Heureux!J'ai besoin de tes sourires de petit Félix,de tes soupirs de contentement,de ta voix contre ma voix, petite âme...Quand te prendrai-je dans mes bras?Je sais que nous sommes différents...ce sont nos essences qui se mêlent et qui s'aiment...faisons-leur confiance: nous ne nous "quitterons" jamais,toujours entremêlés,quelque part,différents...

Il y a bien longtemps que tu n'as glissé ta tête dans mes cheveux, gentil Monsieur... Je t'adore, mon doux trésor

Envie de t'écrire souvent, longuement... avec ou sans accent, t'écrire seulement...

Envie de t'écrire le jour, la nuit et le reste du temps aussi ;-)
Au fait, bon voyage le gentil Thom' qui veille sur mon "Ôm"........

Si tu veux, tu peux ne pas me rappeler, moi je suis là, avec ma foi, ma foi en toi, qui paraît étrangement inaltérable... et mes petites tous petites écrits en direction de la Bastille...


Bon, pas de petit(s) mot(s) doux de vous, je range donc mon encre "sympathique" et baise ta peau. Je vais aller rêver je l'espère, ça me changera... :-( Mille bises te rejoignent... Your Little Girl...

02:43
Bonne nuit mon ami...

01/07/01 03 :59
Pas vraiment quatre heures, vraiment envie de dodo... demain je me lève "tôt"!!! Donc, un tour au démaquillage-dent-nuisette et hop, in bed with Mr Nounours, guest star!
Je t'aime ma bohème, je t'aime...

Lire l'article ! (0 commentaires)
Vu par Them, a 03:07 dans la rubrique "In The Past".

Le dimanche 29 juillet 2001


Loin de moi l'idée de vouloir te réveiller mon astre solitaire... Je te laisse à tes jolis rêves, j'ai cru comprendre que ces derniers temps ils étaient nécessaires ... Je pense à toi à toi et à toi encore...

Pardon pardon pardon... je dois parfois me faire du mal pour voir où est le bien...

Deux petits chats s'aimaient d'amour tendre... Seulement un mauvais farceur,
invention tendant à palier à la solitude des hommes, décida que la vie devait
etre chère payée pour les petits chats qui s'aiment, il décida donc de les projeter
sur des planètes différentes: la planète Bleue pour le matou et la planète Verte
pour sa minette... Les autres chats habitaient une planète encore plus éloignée,
elle était rouge mais n'en portait pas le nom.
L'épreuve était démesurée... Ils pouvaient vaincre la distance et le temps
mais le doute était grandissant, et ça, à combattre, c'était plus épuisant...
Chaque jour, le doute, vicieux, séviçait en eux. Elle doutait de ses désirs,
de ses envies et de lui, son matou doutait de tout.

Lire l'article ! (0 commentaires)
Vu par Them, a 02:07 dans la rubrique "In The Past".

Le jeudi 5 juillet 2001


Comme tu dors je peux t'écrire à loisir...

Je n'aime pas ce gouffre qu'est pour toi la solitude, mon bébé, sorte de précipice aspirant qui t'emporte à moi dans l'élan mauvais de la mort ombresque. Je suis née seule, mourrai seule... je m'y suis faîte, mais ta solitude à toi m'effraie mon aimant...

Il est certain que deux solitudes valent mieux qu'une, c'est comme tout... non le monde est con, deux solitudes, c'est comme deux malheureux, c'est comme deux affamés: c'est laid et douloureux.

Les chats se battent au dehors, leurs cris accompagnent le vent et moi, là-dedans...? J'attends que mon prince charmant me réponde... non, non, je ne sais pas si tu es charmant ;-)

Ma mère me sermonne (deux "n"?), encore et encore... je veux partir... partir loin... je ne sais pas où, je ne sais pas quand, mais une certitude me ronge... je te laisse mon ange aux ailes trop lourdes...

Lire l'article ! (0 commentaires)
Vu par Them, a 02:07 dans la rubrique "In The Past".

Le jeudi 10 mai 2001


Monsieur-le-chat-de-gouttière, je m'en viens vous annoncer un ralentissement certain dans notre relation durant les prochains jours...

La femme chat souffre de trop de rien, pas assez de tout, en bref la Cat se noie dans un verre d'eau...

"La Cat doit rentrer dans le moule et moins se disperser..."

Quelle menteuse cette Cat! Non, ouvrons nos émeraudes et regardons les choses en face:

Pas de moule, pas de monde étriqué, seul l'air connaît mes limites. Seulement j'arrive à une hauteur vertigineuse qui fait que je risque de ne pas retomber sur mes pattes, cette fois...

Monsieur-le-chat-qui-pense, Madame Cat' ne peut continuer à vous aimer autant, elle s'essouffle, en use ses vies, elle en est à trois et c'est précieux une vie, ça elle l'a appris... et même si on en a plusieurs, ça n'enlève pas son prix à la vie (c'est valable pour beaucoup de choses en fait: des pièces du milliardaire aux femmes du polygame...)!

Alors que mon univers se remplit chaque jour un peu plus de vous d'un côté, je m'aperçois que tout se vide de l'autre... ma substance essentielle s'évapore et j'en deviens diaphane.... quel joli mot mais quel état navrant!

Donc, je dois appuyer sur "pause" et revenir à des choses simples et concrètes, la mer, les étoiles, les petites lignes sur lesquelles j'écris des histoires, la brise sur le soleil vers 5 heures du soir, ce jasmin que j'ai senti pour vous...

Je ne dois pas m'enivrer de votre spi-virtuel parfum d'amour tendre et délicat.

Je ne peux écrire plus, tout me paraît surfait... non, c'est pas le bon mot... je me sens superficielle, artificielle, factice, oui factice, comme les beaux flacons de parfums qui brillent de tous feux au rez-de-chaussée de la Samaritaine, mais si vous vous approchez trop, c'est faux! Et le prix est démesuré pour en avoir un vrai: ben ça, c'est moi!!! Un peu d'essence, une quête des sens...

Mon chat torride je vous laisse me plaire par vos photos et par vos mots gardés, je me retire quelques temps pour reprendre ma respiration et mon sourire...

Je vous quitte, mon roi, la chatte reste sereine...

Lire l'article ! (0 commentaires)
Vu par Them, a 02:07 dans la rubrique "In The Past".

Le 8 Avril 2001


"Je pensais TRES franchement que tu serais la, rien que pour le
fun, pour dire "tu vois, je vais me coucher dans une minute et
demie, mais en attendant, je suis là pour te souhaiter une bonne
nuit, pour te montrer que ce n'est pas comme dans la vie,
qu'après l'acte l'homme n'est pas parti..." l'homme est parti,
l'homme n'est plus là... Je me sens trahie... mais rien n'est
grave, le virtuel reste virtuel, le réel est actuel. Je vais me
coucher."
à destination de 0609......, envoyé le 08-04-2001 à 05h51mn, a
été reçu le 08-04-2001 à 05h52mn.

"Rien n'est grave, rien n'est grave, plus envie de parler et
pourtant tant à dire. Je vais aller dormir, et tout sera bien
meilleur après, juste un mauvais moment à passer... Je ne sais
si j'ai envie de t'embrasser, et pourtant je le fais, ma vie est
là, condensée dans cette phrase. Tant pis, on a la vie que l'on
mérite parait-il... Je ne mérite donc pas grand chose...
Bonne nuit, qui? Bonne nuit lui, bonne nuit toi, là-bas, toi qui
ne dors pas, toi qui meurs à petits pas..."
à destination de 0609......, envoyé le 08-04-2001 à 06h08mn, a
été reçu le 08-04-2001 à 06h08mn.

Lire l'article ! (0 commentaires)
Vu par Them, a 02:07 dans la rubrique "In The Past".

Mardi (12/11/02)

FROM HELL TO HELL


No More Paradise!

Lire l'article ! (0 commentaires)
Vu par Them, a 15:11 dans la rubrique "Hell".

Articles suivants












VIENS!


Get In...
Nom d'utilisateur
Mot de passe